Gabriel Eklou et Midy, regards croisés sur l’Afrique contemporaine

L’un met en avant des silhouettes incroyablement longues mêlées à des symboles ADINKA, issus de la tradition ghanéenne ; l’autre hante ses créations de toile de Jean, une manière pour lui de rappeler à la fois une histoire douloureuse et un sens de dépossession de son propre milieu. Les deux artistes, Gabriel Eklou et Midy, offrent des visions complémentaires de L’Afrique, de son passé et de son avenir. Tous deux s’inspirent du monde autour d’eux pour présenter une vie foisonnante, résolument moderne tout en restant ancrée dans ses traditions pour mieux s’attaquer au futur. Leurs oeuvres seront présentées à la Galerie Eureka à Abidjan en octobre 2022.


Gabriel Eklou s’est lancé dans une carrière artistique en 1996 pour suivre son coeur. Depuis, tout en se concentrant sur l’Afrique, la source de son inspiration, qu’il appelle « Le début de la base », il a exporté ses oeuvres à travers le monde, notamment en Angleterre, en Suède et au Japon. On retrouve dans ses créations une réflexion sur la vie quotidienne africaine, dépeinte dans des toiles aux délicates variations d’ocre. Son travail, reconnaissable au premier coup d’oeil, ne cesse pourtant de se renouveler et d’explorer ce que le quotidien contient d’intemporel.


Midy, lui, est plasticien de formation, mais il ne se limite pas à cette seule forme d’art. Il explore également la relation entre peinture et musique depuis 2019, où il a envahi le Visa for Music avec ses créations, montrant ainsi toute la fluidité existant entre ces différents arts. Outre l’usage du Jean, on reconnaît ses toiles à sa technique : il les peint à toit sur une natte de brins de paille tissé. Ainsi, ses peintures se mouvent, et les silhouettes nimbées de brume qui y sont dépeintes s’avance à la rencontre de leurs spectateurs. Les scènes peintes, souvent inspirées du quotidien, atteignent ainsi une dimension éthérée, presque magique, ce qui est sans doute en rapport avec sa conviction que la peinture, comme la musique, a le pouvoir de soigner bien des maux.

Les oeuvres de ces deux artistes se questionnent donc autant qu’elles se répondent, offrant au regard des représentations à la fois quotidiennes et hors du temps, amères et pleines d’espoir, traditionnelles en même temps que redoutablement novatrices. Elles ont également en commun ce point crucial : l’Afrique est leur source et leur horizon. Tous deux se définissent comme des artistes Africains avant tout, et sont fiers d’être définis comme tels. La présentation de leurs travaux dans une exposition commune à la galerie Eureka au mois d’Octobre est un évènement exceptionnel. Pour la première fois, ces oeuvres issues l’une de la tradition ghanéenne et l’autre de la tradition béninoise, vont être présentées côte à côte, et ouvrir un dialogue sur les thèmes chers aux coeurs de leurs créateurs.

 

Commentez avec Facebook

Rejoignez la Newsletter EUREKA

Souscrire à la Newsletter Eureka & recevez les actualités de la Galerie.

Thank you for subscribing.

Something went wrong.

Rejoignez la Newsletter EUREKA

Souscrire à la Newsletter Eureka & recevez les actualités de la Galerie.

Thank you for subscribing.

Something went wrong.

Rejoignez la Newsletter EUREKA

Souscrire à la Newsletter Eureka & recevez les actualités de la Galerie.

Thank you for subscribing.

Something went wrong.